Découvre l’univers d’un praticien ventousothérapeute

Une passion forte pour le métier, formé et certifié, un savoir-faire inébranlable , un projet de vie... Partons à la rencontre d'un praticien ventousothérapeute.
 

 

1. Peux-tu te présenter succinctement (parcours scolaire et professionnel) ?

 

Je m’appelle Hakim OUKACI, j’ai 35 ans et je suis actuellement praticien ventousothérapeute diplômé avec un perfectionnement dans le traitement des pathologies musculo-articulaires et musculo-squelettiques.
Après avoir obtenu mon baccalauréat en Sciences économiques et sociales, j’ai validé une maîtrise en Commerce international option marketing pour ensuite me réorienter dans les métiers des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication (N.T.I.C) jusqu’au titre d’ingénieur.

2. La Hijama est en sorte une reconversion, qu’est-ce qui vous a amené à en devenir praticien ?

Je tiens dans un premier temps à faire une petite précision. La Hijama ou communément
appelée incisiothérapie est une composante de la Médecine des ventouses. D’autres aspects
viennent étoffer la ventousothérapie (cupping therapy) dans sa pratique, et disposent d’autant plus, de vertus incontestées.
En tant que Musulman, c’est tout naturellement que je me suis intéressé aux pouvoirs de nos
petites ventouses. C’est une partie intégrante de la médecine prophétique dont le monde
médical en reconnait aujourd’hui les innombrables bienfaits.
Ma trousse à pharmacie se résume en 5 lettres : H.N.C.M.D (Hijama-Nigelle-Costus-Miel-
Dattes)
Par ailleurs, j’ai toujours été passionné par deux choses : Ma religion et la médecine. De ce
fait, j’ai voulu combiné les deux dans un métier en complète concordance avec mes valeurs et
mon souci d’être profitable à tous.

3.  Parle-nous de ton métier, comment se déroule une séance de ventousothérapie ?

Il est important pour les patients de bien choisir son praticien. Il faut qu’il soit formé et
diplômé et ayant des connaissances solides en anatomie et en physiologie (fonctionnement et
organisation mécanique, physique et biochimique de l’organisme). Il doit par ailleurs
maîtriser les règles d’asepsie (désinfection, hygiène et sécurité).

Je ne commence pas une séance avant d’avoir établi au préalable une fiche-patient, relevant ainsi des
informations nécessaires à son bon déroulement.
Connaitre les antécédents médicaux du patient, savoir s’il développe certaines formes
d’allergies, s’il dispose d’un traitement médical en cours ou encore si certaines pathologies
sont déjà existantes au moment de la consultation.
Tout cela permet de cibler les problématiques médicales du patient dans le but de lui apporter
les soins adaptés, mais aussi de voir s’il y a des contre-indications (prise d’anticoagulants,
port d’un pacemaker…) à une intervention de type incisiothérapie (Hijama).

4. Quelle est la typologie de ta patientèle en tant que ventousothérapeute ?
 La grande majorité de mes patients est musulmane et de toutes origines. Il faut dire que l’incisiothérapie fait partie de la médecine prophétique en Islam.
Cela reste tout de même très varié mais en tant que praticien il m’est arrivé de traiter certains cas très intéressants.
Notamment, le directeur du restaurant la French Touch qui est venu consulter pour des problèmes liés au Stress. Mais aussi, un joueur de football de haut niveau, Mounir Obbadi que j’ai suivi pour sa réathlétisation car il était en période de convalescence.
5. Quels sont les ressentis de tes patients ? Quelle est ta relation avec eux ?

Sans grande surprise, la majeure partie de mes patients est musulmane mais 80% d’entre eux ont recours pour la première fois à la ventousothérapie.
Je passe du temps à les rassurer et à leur expliquer le déroulement de la séance, tout en leur
vouant l’efficacité de cette médecine pour leurs différents maux.
J’ai la relation que peut avoir un médecin avec son patient, mais avec plus de proximité et
surtout plus de temps d’écoute. Il est important pour moi de les conseiller mais aussi de suivre
l’évolution de la pathologie en fonction des soins prodigués.

6. Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton métier ? Qu’est-ce que tu aimes le
moins ?

Ce que j’aime le plus, c’est cette relation de proximité avec le patient, d’être à son écoute et
surtout de voire le bien que lui procure les soins. On devient le temps d’une séance, une sorte
de confident et bien évidement un conseiller loyal et en cela j’y trouve un épanouissement
sans précédent.
Le seul moins que je puisse relever, est certainement le comportement peu louable de certains
patients qui ne préviennent pas lors d’une annulation ou ne s’excuse pas lors d’un retard.

7. Quel est ton regard sur l’évolution de ton métier et quels sont tes projets ?

Nous vivons dans une société où les individus sont de plus en plus soucieux de leur bien-être
et nous tendons de plus en plus vers un retour au naturel. Il faut pouvoir répondre à cette
demande exponentielle tout en préservant la qualité des soins octroyés aux patients.
J’ai donc la volonté d’ouvrir un centre de formation en ventousothérapie en proposant un
éventail de cours plus large tels que : naturopathie, phytothérapie et massage bien-être en
complément de la médecine des ventouses.

En outre, je souhaite intégrer les structures sportives (Clubs, salle de sport…) pour leur
proposer nos services dans le traitement des pathologies liées au sport mais aussi leur montrer
à quel point nos ventouses sont efficaces dans la réathlétisation des sportifs et dans
l’amélioration de leurs performances.
Enfin, j’ai pour objectif d’ouvrir une association regroupant tous les ventousothérapeutes à
l’échelle nationale afin de proposer de l’entraide, un partage des connaissances et être une
vitrine professionnelle digne de ce nom.

8 . Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à celles et ceux qui souhaitent devenir ventousothérapeute ?
 Le premier est de craindre Allah et d’avoir l’intention de le satisfaire à travers cette pratique qui est la mise en pratique de la médecine prophétique.
Ensuite, c’est de croire en ses projets et de ne pas se décourager à la moindre épreuve.
Etre humble, professionnel et patient dans l’exercice de votre métier et de faire du bien de votre patient la seule priorité.
9. Un petit mot pour la fin… ?
Je soigne mais c’est Allah qui guérit !!!!

Hijama cupping therapy :

1, rue Pierre Mendes France 91220 Brétigny sur orge

Email: hijama9178@gmail.com

Téléphone: 06 27 02 89 29

Site web: ici

Vous avez aimé notre article ? Nous sommes convaincus qu’il pourra aussi servir à votre entourage n’hésitez  pas à le partager massivement.

Besoin d’un service ? Ils sont disponibles pour vous .